Warning: A non-numeric value encountered in D:\home\site\wwwroot\wp-content\themes\gonzo\single.php on line 51

Warning: A non-numeric value encountered in D:\home\site\wwwroot\wp-content\themes\gonzo\single.php on line 52

Warning: A non-numeric value encountered in D:\home\site\wwwroot\wp-content\themes\gonzo\single.php on line 53

Warning: A non-numeric value encountered in D:\home\site\wwwroot\wp-content\themes\gonzo\single.php on line 54

Warning: A non-numeric value encountered in D:\home\site\wwwroot\wp-content\themes\gonzo\single.php on line 55

Warning: A non-numeric value encountered in D:\home\site\wwwroot\wp-content\themes\gonzo\single.php on line 56

Warning: A non-numeric value encountered in D:\home\site\wwwroot\wp-content\themes\gonzo\single.php on line 57
Elite H

Publié le 26/11/2014 0

En deux temps, quatre points

C’était un week-end chargé qui s’annonçait pour l’équipe 1H du SGHC avec la réception samedi de Wattignies et le déplacement dimanche à Montrouge. Un week-end chargé mais aussi important pour viser une première place synonyme de… 1ère place d’abord, de demi-finale ensuite et enfin d’un billet pour la prochaine édition de l’EHL.

Commençons sans plus attendre par le premier acte de ce week-end doublé avec le match contre Wattignies, fraîchement promu en Elite et déjà présent dans le Top 6. Les joueurs arrivent pour s’échauffer… Et soudain… Barbe imposante, bandeau éponge pour éviter d’avoir la crinière blonde dans les yeux…. Mais, mais, mais dis donc le Président et le Coach auraient-ils recruté Bjorn Borg pour venir renforcer l’équipe ? A moins que cela soit pour donner un coup d’envoi fictif ? Se serait-on téléporté au milieu des années 70 ? Ha bah non, c’est le nouveau style de Grégoire Samson. Petite déception mais le look provoque l’enthousiasme du public et particulièrement d’un certain Hugo Genestet. Ce n’est pas plus mal car si Bjorn Borg est un immense joueur de tennis, je suis sûr qu’il ne vaut pas un clou de girofle comme défenseur de hockey sur gazon.

P1130091

A peine le temps de se remettre de cette vision du passé que le coup de sifflet marque le début de la rencontre. Le SGHC confisque la balle et fait tourner. La première occasiounette intervient à la 3ème minute avec un centre de Joris Harou côté droit. Personne pour reprendre. Mouais, est-ce que ça valait la peine d’en parler ? Peut-être pas. Mais c’est fait. Ça serait trop long d’effacer… Et encore… Mais j’ai la flemme. Ouh là ! Je cause, je cause et pendant ce temps-là Cap’tain Baptiste Rogeau est à terre, résultat d’un bon tampon sur un robuste défenseur nordiste. Cet arrêt de jeu ne refroidit pas les saint-germanois. A la 9ème, le gardien wattignisien doit s’employer sur une déviation de J-B Pauchet. Les attaques se multiplient, ça centre dans le cercle via Pilou Verrier, ça shoote au but par François Goyet et J-B mais ça ne rentre pas. Au fait, vous savez quelle origine du nom de Wattignies ? Non ? Moi, non plus… Dommage…

A la 18ème minute, St Ger, dont je ne connais pas l’origine non plus, obtient un PC mais la raclette de Guillaume Samson, le frère du mec qui se fait passer pour Bjorn Borg, est contrée. Trois minutes plus tard, sur un contre mené à toute allure, Blaise Rogeau, le frère du mec qui s’est pris un tampon, alerte ledit Baptiste qui décale côté droit pour Joris (ou un autre, je n’ai pas vu). Le centre est parfait et permet à Oliver Rockall de marquer. C’est son premier but en équipe première et certainement pas le dernier. Bravo à lui. Le SGHC continue de pousser mais les centres ne trouvent pas preneurs, les shoots sont déviés par la défense ou arrêtés par le (très bon) gardien nordiste. Il reste une louche de secondes. Wattignies, sur l’une de ses rares incursions dans le camp saint-germanois, se procure un PC. La remise au donneur est réussie. Ça fait un 1-1 et c’est la mi-temps. Bon, avec toutes ces opportunités, on ne va pas se mettre la rate au court-bouillon, cela va bien finir par rentrer.

St Ger repart sur de bonnes bases. Rapidement, un PC est accordé après un bon travail côté droit de Frédéric Verrier. La raclette de Guillaume est stoppée par le gardien. Il faut dire que le SGHC est privé de pusheur depuis la blessure au pied en 1ère mi-temps de Clément Coty. Après un autre PC dont le blocage est loupé, c’est au tour de Wattignies de s’essayer à cet exercice : le premier est raté, le deuxième est arrêté par Julien Thamin. Dans la foulée, un shoot revers d’un attaquant wattignisien passe juste au-dessus. Chaud Time. Cela pique au vif les saint-germanois, et notamment Blaise dont le shoot revers ne trouve pas le cadre et Oliver dont la déviation passe à côté. St Ger a la possession de balle, St Ger domine mais St Ger ne marque pas. Les actions individuelles sont trop privilégiées, au détriment du jeu collectif.

Les minutes s’écoulent, le temps fuit. A la 24ème, sur un contre, J-B passe la balle à Blaise mais sa frappe trouve la planche…extérieure. Le SGHC se découvre, un peu trop. Wattignies en profite et se crée une très très grosse occasion, une de celles qui fait sérieusement trembler les fesses. Heureusement, l’attaquant loupe la balle. Il reste moins d’une ou deux minutes et St Ger tente d’arracher les trois points sur une ultime attaque. Mais le sort en a décidé autrement. J-B, qui n’a pas le temps d’armer un shoot violent, s’essaie à la finesse mais le gardien est bien sorti et bouche rapidement l’angle. Les arbitres sifflent la fin du match. Les joueurs sont frustrés du résultat, Wattignies obtient un bon point à l’extérieur. Les trois points sont impératifs face au CAM le lendemain.

P1130133

Magie du CR, pas besoin d’attendre 24h pour savoir ce qu’il s’est passé ! Elle est pas belle la vie ? On espère tous que la journée va mieux se finir qu’elle n’a commencé avec les défaites des équipes 2H et 4H et le match nul de la 2F. Week-end doublé oblige, l’effectif tourne un peu, mais pas trop quand même. Clément (blessure), Mathias Brachet et Oliver laissent leurs places à Xavier Stumm, William Jeammot et Louis Goyet. Si j’en oublie, désolé, mais retenir plus de trois noms sur deux jours, c’est compliqué !! Bref. Autre particularité de ce match : le terrain, très glissant à cause de micro-algues dont le CAM n’arrive pas à se débarrasser, et ce n’est pas faute d’essayer ! Attention aux appuis.

Comme la veille, le SGHC s’applique à bien faire tourner et à ne pas laisser la balle à l’adversaire. Comme la veille, les Bleus ont du mal à s’approcher du cercle. Ce n’est qu’à la 7ème minute que la première opportunité arrive par l’intermédiaire d’un PC obtenu après un shoot de Pilou Verrier qui heurte le pied d’un défenseur camiste. Le push de William est stoppé par le gardien. A part ça, il n’y a pas masse d’actions franches. Comme d’habitude avec le CAM, St Ger a tendance à dominer, sans se montrer réellement dangereux. Le CAM vient de temps en temps rôder dans les 22 avec le même réalisme que leur adversaire, c’est-à-dire aucun, notamment grâce à un Grégoire excellent. A la 15ème minute, le centre de François ne peut être repris par un J-B trop court. Cinq minutes plus tard ; Pilou se prend un carton jaune, amplement mérité mais “intelligent” (les mauvaises langues diront : ça change ! mais nous n’en faisons pas partie, on n’est pas fou !) sur un contre du CAM qui aurait pu faire très mal.

10394091_10153421481458009_8953404940313082257_n

Réduit à 10, St Ger joue un peu plus direct et cela fonctionne. Sur une ma-gni-fi-que (oui, oui, elle était vraiment belle) ouverture de Guillaume, J-B se trouve en 1 vs 1 contre le gardien et ne parvient pas à remporter son duel. Oulala, c’est moi ou il y a une odeur de crise de confiance chez notre pi(card)chichi ? En tout cas, cela fait toujours 0-0 et c’est au tour de Montrouge de se montrer velléitaire : d’abord sur une frappe certes sur Julien mais qui pouvait être déviée, enfin, sur un contre où Julien doit sortir le grand jeu. Bon, entre ces deux occaz, il s’est passé 6 minutes donc ce n’est pas non plus un raz-de-marée orange. Fin de la période camiste, place à celle des cartons : d’abord un jaune pour le CAM puis un vert pour Frédéric, décidément bien excité par son Mars d’avant match.

A 10 contre 10, le SGHC reprend la main et J-B en profite pour lancer Blaise en profondeur par un petit scoop astucieux. Celui-ci se présente seul face au gardien mais est balancé d’un coup d’épaule d’un défenseur avant d’avoir pu armer sa frappe. L’arbitre n’hésite pas : penalty stroke. Les avis divergent sur la décision. Certains trouvent ça généreux, d’autres normal. A la com’, bah, on considère ça comme “normeux” ou “génémal”, bref, on ne se mouille pas. De toute façon, c’est sifflé et transformé par J-B. A peine le temps de savourer que, sur une erreur d’inattention qui provoque l’ire du coach et la mise à mort du sac de balle à coup de tatane, Montrouge se procure un PC. Le push est touché par Julien mais cela ne suffit pas. 1-1. Mi-temps.

10628455_10153421482723009_4256597269686524898_n

Plus question de tergiverser, il faut marquer et gagner sinon ça va devenir compliqué. Et pourtant, c’est bien le CAM qui se montre dangereux avec une frappe qui tutoie, grossièrement, la lucarne. A la 40ème, François y va de son petit carton vert : “Ce n’est pas parce que c’est une nouvelle compétition que je vais perdre ma moyenne, j’ai une réputation à tenir !” nous avouera-t-il à la fin du match. Dans la foulée, le CAM se procure un PC, arrêté par Julien puis c’est au SGHC d’en avoir un. La frappe de shoot est stoppé net, sans sommation, sur la ligne, par un défenseur. Les esprits s’échauffent obligeant les arbitres à mettre pause sur l’horloge. Faut dire que le terrain n’aide pas les deux défenses à être propres sur les interventions.

Nous sommes au quart d’heure de jeu, une énième balle file devant le but du CAM mais dans la continuité, à peine le temps de dire “je suis passé chez Sosh” en l’articulant correctement, qu’une autre action se développe côté gauche. La balle est récupérée au milieu du cercle par J-B qui ne se fait pas prier pour tromper le gardien. 2-1. Ce but galvanise des saint-germanois voulant se mettre à l’abri. 18ème, le SGHC se présente à deux face au gardien mais la passe de Frédéric pour Blaise (ou François, ou Kevin, je me souviens plus), est trop profonde. Les occasions se multiplient : Francois, la Pauchet Family, Kevin y vont de leur tentative. 59ème : nouveau PC pour St Ger après une jolie combinaison. Le tir est stoppé, le retir est restoppé mais re PC. Ça combine à droite, la frappe de J-B est légérement déviée, suffisamment pour surprendre le portier de Montrouge. 3-1. Les jeux semblent faits. En fait, ils le sont. Il reste juste le temps à Frédéric d’aller finir son match du côté de la table technique, enfin du banc technique, à l’aide d’un carton jaune.

Trois points dans la besace, quatre durant le week-end. Le Racing et Lille ont eu la formidable idée de faire match nul. St Ger et ces deux équipes sont toutes les trois à sept points. Dimanche, pour la dernière journée avant la trêve hivernale, le SGHC recevra Lille pour un premier gros test dans ce Top 6.

Bonus fais pas la gueule Louis !
P1130096

 

 


About the Author



Back to Top ↑
  • Facebook du SGHC

  • Twitter du SGHC